de à
ÉVÈNEMENTS PUBLICS

L’Art a beaucoup divergé en regard de ce que l’on en connait habituellement, c’est-à-dire, la peinture, les arts plastiques. Et Katarina Kudelova diverge elle aussi. Cette artiste Slovaque d’origine, qui s’est établie en France, était pourtant partie pour s’exprimer par le moyen de la peinture. Mais des circonstances vont donc, la faire prendre d’autres voies. Il faut y insister, car beaucoup de l’art contemporain tient à des divergences, et déroutes.

La mise en scène du corps comme support à des actions, ce que l’on appelle des performances, constitue le pivot d’une telle déroute. On semble se diriger vers le théâtre, mais alors c’est un théâtre qui diverge de celui qu’on connaît. C’est un théâtre d’objets, constitué donc d’objets inertes, mais aussi du corps de l’artiste lui-même, le plus souvent immobilisé, fixé à quelque scène, dont il faut deviner ce qu’il y a dessous, ce qui se tapit, sous le vêtement, ou sous la fourrure, car Katarina fait souvent passer de l’animal à l’humain, histoire de changer de peau.

Le plus souvent, nous voila plongé dans les frondaisons, et sous le tapis, au-dessus et en dessous de la mousse et de la peau des choses, ainsi que par tout le corps. Car c’est tout l’animal humain qui est pris par ce feu entre nature et culture. Tout se tiendrait et tiendrait autour et dans le cercle d’un incessant instant et d’un éternel recommencement, le temps que le pétard s’allume, et que tout explose, pour de rire, et pour pleurer.

Lieu : Espace Abraham Joly, Domaine de Belle-Idée

Table ronde “Entre joie et douleur”
Jeudi 6 octobre à 17h
Animé par Stéphane Rothen, Psychologue au Service d’addictologie

Vernissage
Jeudi 6 octobre à 18h en présence de l’artiste.

Exposition
Du 6 octobre 2016 au 22 janvier 2017

 

En savoir plus…