C’est un film agréable à voir et également un bon moyen de nous montrer certains symptômes de la schizophrénie d’une façon non-stigmatisante.

Iain Softly met en scène Prot, un patient supposé souffrir de cette maladie, notamment parce qu’il prétend venir d’une autre planète. Le facteur déclenchant probable de cette maladie peut être un événement traumatisant tel l’assassinat de sa famille. Prot présente certains critères diagnostiques de la maladie: il a des idées délirantes et est persuadé qu’il vient d’une autre planète. Il a également des symptômes négatifs, il ­exprime peu ses émotions et est détaché du monde qui l’entoure, mais ces symptômes sont réellement présents à la fin du film lorsque Prot devient brutalement catatonique, il ne parle plus, n’exprime aucune émotion et perd toute volonté.

Shabnm Solh Dost, Claudia Rei Pereira, Gabriel Thorens, Daniele Zullino, Gerard Calzada

Faculté de médecine, Université de Genève, Switzerland

Résumé - version papier

SHABNM SOLH DOST, CLAUDIA REI PEREIRA, GABRIEL THORENS, DANIELE ZULLINO, GERARD CALZADA
La schizophrénie dans le film K-PAX
Swiss Arch Neurol Psychiatr Psychother. 2017;168(04):123

Analyse approfondie - version web

Analyse approfondie du film avec une discussion du contexte historicoculturel, de la psychopathologie et des représentations sociales.