Article publié par Corrado Barbui, Davide Papola et Benedetto Saraceno. Benedetto Saraceno est l’ancien directeur du département de Santé Mentale à l’OMS et ancien professeur à la faculté de médecine de l’UNIGE. Il a par ailleurs été un des collaborateurs de Franco Basaglia.

Dans cet article les auteurs font un bilan 40 ans après la fameuse loi 180 qui interdit en Italie les hôpitaux psychiatriques publiques. Sont encore possible des unités psychiatriques dans les hôpitaux généraux (max. 15 lits par unité) et les unités en communauté. La transition a été complétée en 2000. Les auteurs ont comparé l’Italie avec les autres pays du G7.

Les résultats les plus importants:

  1. Le pourcentage d’hospitalisations non-volontaires a baissé de 25,8% à 4,7%
  2. Le taux de suicide a légèrement baissé
  3. Le nombre de lits par 100’000 habitants est actuellement de 10 en Italie, 88 en France, 22 aux EU et 267 au Japon
  4. En Italie, il y avait moins de lits de soins aigus dans les hôpitaux généraux, mais plus de lits dans les structures communautaires comparé aux autres pays du G7
  5. La population de patients psychiatriques placés dans des hôpitaux psychiatriques forensiques italiens a progressivement diminué

En conclusion: Un modèle faisable … et ceci malgré un nombre clairement plus réduit de professionnels de la santé en Italie comparé aux autres pays du G7.

 

Prof Daniele Zullino

Forty years without mental hospitals in Italy

Découvrir !