La consommation d’alcool est la cause principale de mortalité et morbidité chez les jeunes d’entre 15 et 24 ans dans le monde. Il est responsable de 7 % des incidents aboutissant à des années de morbidité chez les jeunes d’entre 10 et 24 ans.

Le lien entre le niveau socio-économique et la consommation d’alcool n’est pas probant ; néanmoins, il est important de connaître la trajectoire qui mène à un comportement à risque chez les adolescents.

L’étude longitudinale de Richard Mattick sur 1927 lycéens réfute le fait que mettre à disposition de l’alcool par des parents et des tiers à des jeunes adolescents les protègent contre une consommation excessive plus tard dans la vie, bien au contraire.

Mattick a mis en évidence l’absence d’association entre le Binge Driking et la mise à disposition de l’alcool de façon précoce. Il n’a pas non plus mis en évidence une corrélation entre cette mise à disposition précoce et les critères DSMIV.

Par contre, il note que les enfants issus d’un milieu socio-économique défavorisé sont sous-représentés dans son étude ; plusieurs facteurs de risque associés à la consommation excessive d’alcool n’ont également pas été pris en compte.

Il serait important que cette étude soit reproduite avec des effectifs plus grands et des échantillons plus représentatifs afin d’aboutir à des résultats plus concluants.

Cyrus Terrani

Médecin interne, Service d'addictologie

u

Avez-vous des questions ?

N’hésitez pas à poser vos questions et à ouvrir le débat.
L’auteur de cette revue participera à la discussion.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.