Joli commentaire publié par Daniel King et Paul Delfabbro, Adelaide/Australie, dans le Journal of Behavioral Addictions. 

Les conséquences négatives de l’Internet Gaming Disorder (IGD) sont principalement liée aux investissements de temps extrêmes dans les jeux (à savoir, 8 à 12 heures par jour). Le temps passé au jeu fait manquer des occasions aux joueurs, interfère avec leur routine et leur fonctionnement habituel, y compris avec leurs fonctions essentielles (sommeil, alimentation et hygiène personnelle), leurs déplacements, leurs interactions sociales, leurs fonctions sociales, professionnelles ou scolaires..

Daniele Zullino

The concept of “harm” in Internet gaming disorder

Découvrir !