L’autre jour, au détour d’une suite d’articles, j’ai (un peu) rencontré Hannah Arendt.
Cette philosophe différencie le travail de l’œuvre.
Le travail est répétitif, sans fin et cyclique. Il est associé à la peine, aux tourments du corps et à la routine professionnelle. Elle lui oppose l’œuvre, qui est création, temporalité et finalité. La création invite en elle la vie et la conscience.

Quand nous accueillons des personnes vivant avec des troubles psychiques, il arrive souvent que nous les invitions à « travailler sur eux ».
Cette phrase un peu galvaudée, laisse sous-entendre que ces personnes souvent fatiguées de la cruelle expérience du monde seraient dénuées de ressources et d’idées sur leur mieux-être.
Condamnées aux travaux sur soi « forcés » afin de tenter désespérément d’atteindre une norme vécue le plus souvent comme inatteignable et aliénante, nous les voyons peiner pour tenter de vivre mieux et nous rapporter, au détour d’une séance de psychothérapie ou d’une hospitalisation, les fruits de leur travail et de leurs efforts.
Du travail sur soi au souvenir du travail à l’asile comme outil de santé, il n’y a qu’un pas que mon esprit vagabond ne peut s’empêcher de franchir.

Au-delà du travail sur soi, je me surprends à observer chez mes patients, mes proches, et moi-même les vagues puissantes de l’urgente nécessité de faire œuvre de sa vie.

Rita Manghi

Rita Manghi

Médecin adjointe cheffe d'unité du Service d'addictologie. Hôpitaux Universitaires de Genève.
Membre du conseil et du bureau d'éthique clinique des HUG
Coordinatrice de projet pour le Bistro'
Vice-présidente de l'association CoRoMa et coordinatrice des journées CoRoMA
Membre du comité de l'association Reiso