Une hausse de la consommation du cannabis chez les jeunes a été reportée depuis des années. L’instrument le plus utilisé jusqu’à maintenant pour comprendre ce phénomène c’est une échelle apte à étudier les raisons de consommation d’alcool. Celle-ci considère les effets recherchés dans la substance: meilleures performances sociales et sexuelles, acceptation par un group de pairs, états de conscience altérés, plaisir. Par contre, le cannabis est utilisé aussi pour la détente ou dans les moments d’ennui. En effet, autres critères sont aussi dignes d’être considérés, notamment ceux liés au niveau de bien-être psychique: le niveau d’anxiété, les symptômes de dépression et les traits de la personnalité (en particulier le type borderline). Ceux items présentaient des étroites corrélations avec l’utilisation pathologique du cannabis. Au moment actuel, aucun questionnaire spécifique n’a été validé de manière officielle. Nouveaux études, ainsi qu’une réflexion à ce sujet sont donc nécessaires.

Eleonora Anci

Médecin interne, Service d'addictologie

u

Avez-vous des questions ?

N’hésitez pas à poser vos questions et à ouvrir le débat.
L’auteur de cette revue participera à la discussion.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.