Il est souvent affirmé que fumer réduise le stress et d’autres symptômes psychiques. Dans une prospective de cohorte publiée dans The Lancet Psychiatry  l’hypothèse de l’automédication a été testé incluant des patients atteints de psychose non affective (n = 1094), de frères et sœurs non affectés (n = 1047) et de participants témoins (n ​​= 579 ).

Commencer à fumer a été associé à une augmentation des symptômes psychotiques et des symptômes dépressifs chez les patients comparés à ceux qui n’ont pas changé de statut tabagique. Les patients qui ont arrêté de fumer au cours de la période d’étude n’ont présenté aucun changement de leurs symptômes ou de leur qualité de vie, et les frères et sœurs qui ont cessé de fumer ont eu une amélioration de leur qualité de vie et une diminution plus importante des symptômes négatifs par rapport à ceux qui n’ont pas changé de leur statut du tabagisme.

Ces résultats s’ajoutent à un nombre croissant de d’évidences selon lesquelles le l’addiction au tabac pourrait être un facteur de risque causal pour toute une gamme de problèmes psychiatriques et que cesser de fumer pouvait améliorer la santé mentale.

Prof Daniele Zullino

Does smoking cause poor mental health?

Découvrir !