Selon une étude préclinique du University of Rochester Medical Center, une faible consommation d’alcool pourrait réduire des processus inflammatoires et aider le cerveau à éliminer les toxines, y compris celles associées à la maladie d’Alzheimer.

Cette étude, menée chez la souris, a examiné l’impact des expositions aiguë et chronique à l’alcool sur la fonction glymphatique, qui est un système de clairance des métabolites à l’échelle du cerveau, connecté au système lymphatique périphérique. Une exposition aiguë et chronique à une haute concentration d’éthanol a considérablement inhibé la fonction glymphatique chez des souris.

La fonction glymphatique a pat contre augmenté chez les souris traitées avec une faible dose (correspondant à environ deux verres et demi chez l’homme). De faibles doses d’éthanol chronique ont aussi été associées à une diminution significative de l’expression de la glial fibrillary acidic protein (GFAP). Ces observations suggèrent que l’éthanol a un effet en forme de J sur le système glymphatique dans lequel de faibles doses d’éthanol augmentent la fonction glymphatique. 

Daniele Zullino

Beneficial effects of low alcohol exposure, but adverse effects of high alcohol intake on glymphatic function

Découvrir !