FORMATION CONTINUE POUR LES PROFESSIONNELS

Les planches de pharmacothérapie des addictions

Constipation chez les patients sous opiacés

Environ 80% des patients sous traitement par opiacés développent une constipation, un patient sur 5 même une constipation sévère.

La constipation n‘est pas seulement fréquente, mais souvent aussi très pénible pour le patient, impactant fortement sur sa qualité de vie.

La prise en charge de la constipation sous traitement par opiacés débute avec une analyse et des corrections de l’hygiène alimentaire. Bien qu’il puisse être difficile de travailler l’hygiène alimentaire avec des patients avec addiction aux opiacés, une consultation de diététique peut s’imposer. On n’oubliera pas de discuter de l’activité physique, élément aussi essentiel que l’apport de fibres et liquides.

On essayera aussi d‘ajuster les co-médications en prenant en compte le fait que de nombreuses autres substances peuvent avoir des effets constipants, par exemple les antiacides, les antidépresseurs, ou les antipsychotiques, certains antiépileptiques, et des diurétiques. Dans une deuxième étape, on pourra essayer des laxatifs (p.ex. du sirop de figues), sachant que leur effet est souvent insuffisant ou passager.

En cas de persistance de la constipation, on pourra par la suite prendre en considération une des deux substances suivantes :

  • La lubiprostone est un activateur de canal de chlorure (CIC-2) agissant localement qui augmente les sécrétions et le péristaltisme. La posologie recommandée est d‘une capsule de 24 microgrammes deux fois par jour au cours des repas. Des interruptions régulières du traitement vont démontrer si la prise du médicament est toujours nécessaire.
  • Le naloxégol est un dérivé pégylé de l’antagoniste μ-opioïde naloxone. La pégylation diminue la capacité de pénétration du naloxégol dans le SNC et limite son action aux récepteurs μ-opioïdes périphériques. La dose recommandée est de 25 mg 1 fois par jour, le matin à jeun

 

Becker et al. Peripherally Acting Opioid Antagonists in the Treatment of Opiate-Related Constipation: A Systematic Review. J Pain Symptom Manage 2007;35:547e565
Chey et al. Naloxegol for Opioid-Induced Constipation in Patients with Noncancer Pain N Engl J Med 2014;370:2387-96.
Corsetti,et al. The first orally administered, peripherally acting, mu opioid receptor antagonist, approved for the treatment of opioid-induced constipation. Drugs Today 2015, 51(8): 479
Cryer et al. A Randomized Study of Lubiprostone for Opioid-Induced Constipation in Patients with Chronic Noncancer Pain Pain Medicine 2014; 15: 1825–1834
Holder et al., Novel Oral Therapies for Opioid-induced Bowel Dysfunction in Patients with Chronic Noncancer Pain . Pharmacotherapy 2016;36(3):287–299
Lugoboni et al., High prevalence of constipation and reduced quality of life in opioid-dependent patients treated with opioid substitution treatments. Expert Opinion on Pharmacotherapy, 17:16, 2135-2141
Mazen et al. A Randomized, Placebo-Controlled Trial of Lubiprostone for Opioid-Induced Constipation in Chronic Noncancer Pain. Am J Gastroenterol 2015; 110:725–732

Daniele Zullino

Daniele Zullino

Prof. méd., Médecin chef de service
Hôpitaux Universitaires de Genève
Service d’addictologie

Avez-vous des questions ?

Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous :

0 commentaires

Laisser un commentaire