Pilafazaren

Saturnia, Italie, Juillet 2017. Leica M Monochrom (Typ 246), Summicron-M 1:2/35 ASPH. 1/250 sec, f/16, ISO 320

Dans l’imagination occidentale, la raison a longtemps appartenu à la terre ferme. Île ou
continent, elle repousse l’eau avec un entêtement massif: elle ne lui concède que son sable. La
déraison, elle, a été aquatique depuis le fond des temps et jusqu’à une date assez rapprochée.
Et plus précisément océanique: espace infini, incertain; figures mouvantes, aussitôt effacées,
ne laissant derrière elles qu’un mince sillage et une écume; tempêtes ou temps monotone;
routes sans chemin.
La folie, c’est l’extérieur liquide et ruisselant de la rocheuse raison. C’est peut-être à certes liquidité
essentielle de la folie dans nos vieux paysages imaginaires qu’on doit un certain nombre de
thèmes importants: l’ivresse, modèle bref et provisoire de la folie; les vapeurs, folies légères,
diffuses, brumeuses, en voie de condensation
Michel Foucault

Laisser un commentaire