«Il y a dix ans, nous recevions plus de parents qui demandaient de l’aide. Aujourd’hui, ce sont de plus en plus les principaux concernés qui viennent consulter», relève la doctoresse Sophia Achab, psychiatre responsable du Programme Addictions sans substance des HUG.

Parents favorables à une journée sans écrans

20min.ch

Découvrir !