FORMATION CONTINUE POUR LES PROFESSIONNELS

Les planches de pharmacothérapie des addictions

Benzodiazépines durant un traitement par opiacés

Les benzodiazépines peuvent potentialiser considérablement l‘effet d’autres substances dépresseurs du système nerveux central, y compris les opiacés.

En monothérapie, les benzodiazépines ont un excellent profil de sécurité. En combinaison avec des opiacés cependant, le risque de sédation et de dépression respiratoire augmente considérablement. L‘usage de benzodiazépines chez les patients sous traitement par opiacés est par ailleurs corrélé à un pronostic plus défavorable.

Cependant, il existe quelques situations cliniques qui rendent la prescription de benzodiazépines appropriée, mais elle sera limitée à moins de deux semaines si possible.

Dans le cas de prise de benzodiazépines par le patient (quelle qu‘en soit la raison de cette prise), il y a trois principes qu‘il s‘agira de respecter.

Tous les comprimés de benzodiazépines que le patient va s’administrer devraient être PRESCRITES, même les benzodiazépines pour lesquels i n’y aurait pas d’indication première: les benzodiazépines devraient être prescrites par UN seul médecin. Il faudra, le cas échéant, s’accorder avec des autres médecins prescripteurs éventuels.

On ne prescrira qu’une benzodiazépine, c’est-à-dire qu’en cas de prise de multiples différentes benzodiazépines on choisira une substance dont on va adapter les doses et la distribution des doses en fonction des objectifs de la prescription.

Au cas où des benzodiazépines seraient indiquées (p.ex. en présence d’un trouble anxieux sévère), on évaluera bien évidemment la possibilité de traitements alternatifs.

On s’assurera aussi, au cas où des benzodiazépines seront prescrites, que la dose soit adéquate. Ceci signifie aussi qu’on donnera éventuellement des doses importantes pour couvrir les symptômes anxieux, afin de réduire le risque de prises hors prescription. Au cas où il n’y aurait pas d’indication, on proposera au patient un sevrage progressif qui va bien sûr être adapté aux capacités de ce dernier. Des objectifs de sevrage trop ambitieux sont à éviter.

Encore une fois: il est préférable que le médecin prescrive les benzodiazépines, plutôt que le patient en consomme hors prescription.

Ces principes servent donc à permettre au médecin d’avoir toutes les informations concernant la prise de benzodiazépines de son patient afin de pouvoir réduire les risques liés à cette pratique. On n’oubliera bien entendu pas de rappeler au patient tout au cours du traitement les risques corrélés à la prise conjointe d’opiacés et benzodiazépines.

 

Daniele Zullino

Daniele Zullino

Prof. méd., Médecin chef de service
Hôpitaux Universitaires de Genève
Service d’addictologie

Avez-vous des questions ?

Vous pouvez laisser un commentaire ci-dessous :

0 commentaires

Laisser un commentaire